Accéder au contenu principal

Retraites: Philippe engage sa responsabilité par le 49-3

c2326ed7240a132a54bba792e8c6ca2bb3109fcd.jpg

Clap de fin pour les débats en première lecture sur la réforme des retraites à l’Assemblée : au 13e jour, Edouard Philippe a dégainé samedi le 49-3 pour faire adopter le texte sans vote, et va faire face à des motions de censure de droite et de gauche.

Les deux textes sont attendus en avril au Sénat, puis la navette parlementaire se poursuivra en vue d’une adoption définitive avant l’été. Avec ce 49-3, « ce n’est pas une fin, c’est une étape », a assuré Edouard Philippe ensuite sur TF1.

Le Premier ministre, pour qui c’est une première, avait obtenu le feu vert du Conseil des ministres à la mi-journée. Il est monté à la tribune de l’Assemblée vers 17H30 pour faire cette annonce surprise, afin de « mettre fin à cet épisode de non-débat » avec les oppositions et « permettre à la suite du processus législatif de s’engager » pour voir aboutir cette promesse d’Emmanuel Macron, sous les applaudissements de la majorité.

Le projet de loi sera considéré comme adopté, sauf si une des motions de censure déposées est votée par l’Assemblée nationale, ce qui est hautement improbable. Elles seront débattues en début de semaine.

Les députés LR ont déposé leur motion en premier, disant ne pouvoir « accepter qu’une réforme, que le gouvernement présente lui-même comme la plus importante de ce quinquennat, puisse ne jamais être votée à l’Assemblée nationale ».

La gauche (LFI, PCF, PS) a déposé sa motion peu après, dénonçant « un gouvernement qui piétine la procédure parlementaire » et une remise en question par la réforme de « l’héritage du Conseil national de la Résistance ». Quelques députés de gauche ont rejoint un rassemblement improvisé d’opposants, comprenant des « gilets jaunes », devant le Palais Bourbon.

« Après plus de 115 heures de débat en séance publique, de jour comme de nuit, week-ends inclus, l’Assemblée nationale en est arrivée à l’examen de l’article 8 d’un projet de loi ordinaire qui en comporte 65 », a souligné le chef du gouvernement, qui utilise le 49-3 sur le volet ordinaire de la réforme, qui avait fait l’objet de 41.000 amendements. Restera pour les députés à étudier le volet organique. « Nous ne lâcherons rien », a promis le chef de file LFI Jean-Luc Mélenchon.

Les deux textes sont attendus en avril au Sénat, puis la navette parlementaire se poursuivra en vue d’une adoption définitive avant l’été. Avec ce 49-3, « ce n’est pas une fin, c’est une étape », a assuré Edouard Philippe ensuite sur TF1.

Il faut « qu’on puisse continuer à avancer », a aussi plaidé le secrétaire d’Etat aux Retraites Laurent Pietraszewski, présent tout de long.

Catégories

Politique

Votre news Tout afficher

Liberté de le dire : La liberté d'expression commence par la liberté de la plume, vos actualités nationales et internationale : Politique, économie, société...

%d blogueurs aiment cette page :