La Chine impose de nouvelles règles strictes régissant les groupes religieux en 2020

La Chine frappe le « coup final à la liberté religieuse » avec de nouvelles mesures administratives qui devraient avoir lieu en février avec une soumission totale au Parti communiste chinois, selon un groupe de surveillance.

Les médias publics du pays ont annoncé le 30 décembre les nouvelles « mesures administratives pour les groupes religieux ». Le même jour, le pasteur Wang Yi de l’église Early Rain Covenant de Chengdu, l’un des leaders les plus connus du mouvement House Church, était condamné à neuf ans de prison pour « incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat », ce qui inquiète les chrétiens chinois .

« Dans la pratique, votre religion n’a plus d’importance, si vous êtes bouddhiste, ou taoïste, ou musulman ou chrétien », a déclaré un prêtre catholique chinois à AsiaNews . « La seule religion autorisée est la foi dans le Parti communiste chinois. »

Les nouvelles règles englobent tous les aspects de la vie religieuse, de la formation aux activités quotidiennes, qui doivent être approuvées par le gouvernement communiste. Cela devrait compléter le « Règlement sur les affaires religieuses » révisé il y a deux ans et mis en œuvre le 1er février 2018 par le président chinois Xi Jinping.

«Les organisations religieuses doivent adhérer à la direction du Parti communiste chinois, observer la constitution, les lois, les règlements, les ordonnances et les politiques, adhérer au principe de l’indépendance et de l’autonomie gouvernementale, adhérer aux directives sur les religions en Chine, mettre en œuvre les valeurs du socialisme », déclare l’article 5 des nouvelles politiques.

Les nouvelles règles stipulent également que «les organisations religieuses doivent diffuser les principes et les politiques du Parti communiste chinois», ainsi qu’exiger que «le personnel religieux et les citoyens religieux soutiennent la direction du Parti communiste chinois, soutiennent le système socialiste, adhèrent et suivent la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises. »

L’administration Trump a critiqué la Chine pour son traitement des musulmans et des chrétiens et a appelé d’autres pays à se joindre à la condamnation des violations des droits de l’homme.