Accéder au contenu principal

Algérie: le puissant général Ahmed Gaïd Salah enterré comme un chef d’Etat

L’Algérie a enterré mercredi, lors de funérailles dignes d’un chef de l’Etat, le puissant général Ahmed Gaïd Salah, homme fort de fait du pays ces derniers mois, qui s’était imposé en gardien du « système » au pouvoir face à un mouvement populaire massif de contestation.

Exposée toute la matinée au Palais du peuple, bâtiment d’apparat du centre de la capitale, sa dépouille, devant laquelle hauts dignitaires et citoyens se sont recueillis, a pris à la mi-journée le chemin du cimetière d’El Alia, à une dizaine de km.

Chef d’état-major depuis 2004 de l’armée algérienne, institution pilier du régime qui dirige l’Algérie depuis son indépendance en 1962, le général Gaïd Salah, décédé lundi à 79 ans d’une crise cardiaque, y a été inhumé dans l’après-midi, au sein du carré des Martyrs, où reposent les anciens chefs d’Etat et les grandes figures de la lutte contre le pouvoir colonial français.

Des milliers d’Algériens se sont rassemblés devant le Palais du Peuple et le long du parcours, durant lequel certains ont accompagné à pied le convoi, ouvert par un camion militaire et encadré par de nombreux motards de la police.

La dépouille du général était transportée sur un affût de canon tiré par un véhicule de transport de troupes blindé couvert de fleurs.

Une foule impressionnante, rarement vue pour des funérailles officielles, attendait massée aux portes du cimetière. La cérémonie était retransmise en direct par la télévision nationale, dont le coin de l’écran, barré de noir, affichait une photo martiale du défunt et un logo en arabe: « Au revoir Lion de l’Algérie ».

Catégories

Divers

Votre news Tout afficher

Liberté de le dire : La liberté d'expression commence par la liberté de la plume, vos actualités nationales et internationale : Politique, économie, société...

%d blogueurs aiment cette page :