La France durcit sa politique d’immigration

En accueillant un premier groupe d’une vingtaine de réfugiés africains, sélectionnés au Tchad, les autorités françaises veulent montrer leur nouveau cap en matière d’immigration: accueil sélectif des réfugiés et politique « intraitable » d’expulsion pour les autres migrants.

Ce durcissement de ligne a suscité l’hostilité de certaines ONG et militants de gauche, le Défenseur des droits mettant en garde contre un risque de « tri » dans les centres d’hébergement où le gouvernement veut opérer un recensement.

Djamel, un ancien épicier centrafricain de 42 ans, est arrivé lundi matin en France avec sa femme Korba et leurs quatre enfants. « J’ai passé quatre dans un camp » du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies(HCR) à N’Djamena, « on était 1.000 là-bas », explique-t-il à l’AFP.

Il fait partie d’un groupe de dix-neuf personnes – des Soudanais pour la plupart – que la France est allée chercher au Tchad. D’autres suivront via ce nouveau dispositif qui doit permettre d’accueillir 3.000 réfugiés africains d’ici 2019.

L’idée est « d’empêcher que des personnes ne se mettent en danger en prenant la mer, à partir de la Libye notamment », plaident les autorités françaises. Mais dans le même temps, elles ne cachent pas leur volonté de contrôler très strictement les flux migratoires.

« La République française a été fondée sur une tradition d’accueil et d’asile. J’y suis profondément attaché », a réaffirmé récemment le président Emmanuel Macron. Mais « je souhaite que (…) nous reconduisions de manière intraitable celles et ceux qui n’ont pas de titre » de séjour, a-t-il martelé.

La France a enregistré 85.000 demandes d’asile l’an dernier dont 36.000 ont été acceptées. Les éloignements d’étrangers en situation irrégulière ont augmenté de 14% sur les 11 premiers mois de l’année, a souligné lundi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Un texte de loi est actuellement en préparation, afin de répondre à l' »exigence de fermeté et d’efficacité », avait rappelé M. Collomb dans une circulaire fin novembre, où il affirmait que « la lutte contre l’immigration irrégulière était une priorité de l’action gouvernement ».

AFP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s