Existe-t-il des preuves historiques de l’existence de Jésus ?

2688.jpg

« La preuve historique [de l’existence] de Jésus de Nazareth est à la fois établie de longue date et très répandue », écrit le journal The Gardian dans un article écrit à l’occasion de Pâques.

Le journal explique que la vie de Jésus est à la fois mentionnée par les historiens juifs et romains, ainsi que par des dizaines d’écrits chrétiens. Les écrits chrétiens, du fait qu’ils sont à la fois détaillés et précoces, peuvent être considérés comme des sources solides.

Les premiers écrits chrétiens à parler de Jésus sont les épitres de Paul, et les érudits conviennent que la première de ces lettres a été écrite dans les 25 ans autour de la mort de Jésus, alors que les récits biographiques détaillés du Christ dans les Évangiles du Nouveau Testament datent d’environ 40 ans après sa mort. Ces écrits apparaissent à une époque où il y a encore de nombreux témoins oculaires vivants et fournissent des descriptions qui correspondent à la culture et à la géographie de la Palestine du premier siècle.

« Il est également difficile d’imaginer pourquoi les écrivains chrétiens inventeraient une figure de sauveur juif dans un temps et un lieu – sous l’égide de l’Empire romain – où il y avait de forts soupçons de judaïsme », continue The Gardian.

Le premier auteur connu en dehors de l’Église à mentionner Jésus, est l’historien juif Flavius ​​Josèphe, auteur d’une histoire du judaïsme vers l’an 93. Deux de ses écrits font référence à Jésus ; l’un d’entre eux est controversé car d’aucuns pensent qu’il a été corrompu par des scribes chrétiens (afin certainement de transformer des propos négatifs sur Jésus en des termes positifs) mais l’autre n’est pas remis en question et fait référence à Jacques, le frère de Jésus, « le soi-disant Christ ».

Une vingtaine d’années après ce récit juif, l’historien Tacite (Publius Cornelius Tacitus) écrit que Jésus a été exécuté alors que Ponce Pilate était le préfet romain responsable de la Judée (26-36) et Tiberius était empereur (14-37), un rapport qui correspond au calendrier des évangiles.

Pline le Jeune, un politicien romain (61-113) qui était gouverneur dans le nord de la Turquie, écrit quant à lui dans une de ses lettres que les chrétiens adoraient Christ comme un Dieu ; pour lui, le christianisme était une « superstition destructive ».

Durant les deux premiers siècles qui ont suivi la naissance – supposée – de Jésus, il est frappant de constater qu’il n’y a jamais eu d’écrits et de débats concernant l’existence de Jésus ; il n’est jamais décrit comme un personnage fictif mais toujours présenté comme un personnage historique.

Dans les premiers écrits des rabbins juifs, Jésus a été dénoncé comme l’enfant illégitime de Marie et un sorcier. Parmi les païens, le satirique Lucien de Samosate (120-180) et le philosophe Celse ont ridiculisé Jésus et le christianisme, mais personne dans le monde antique n’a jamais remis en question l’existence de Jésus.

« Ces références historiques abondantes nous laissent avec peu de doutes raisonnables que Jésus a vécu et est mort. La question plus intéressante – qui dépasse l’histoire et le fait objectif – est de savoir si Jésus est mort et a vécu », déclare The Gardian.

Source

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s